Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mars 2015 4 05 /03 /mars /2015 16:00

Editions : JCLattès

Parution : Mars 2015

395 pages

 

Burn-out ou schizophrénie ? Comment expliquer les voix intérieures de Julia Win, brillante avocate parisienne ? Un voyage précipité en Birmanie, pays d’origine de son père défunt, lui apportera-t-il la quiétude tant recherchée ? Dans un premier temps Julia   constate que  tout, là-bas, diffère de l’Occident. Une pauvreté extrême engendre un  détachement total  des choses matérielles ;  la  violence militaire contraste avec la douceur des mœurs birmanes et la croyance générale en la métempsycose n’est qu’un subterfuge  pour expliquer la vie. Mais Julia va découvrir des êtres de valeur  et de grande force intérieure  qui savent réagir face à la cruauté des uns  et au fatalisme des autres. Car, contrairement à ce que dit Bouddha, vivre ce n’est pas souffrir, c’est aimer. Et c’est ainsi que petit à petit « l’île de la mort» devient pour Julia « île d’amour » : la délicatesse de son demi-frère est toute d'  empathie et de compassion,  la force du mari de Nu Nu  comme celle de son fils Thar Thar  sont   enièrement   dévouées à leurs proches. Telle est la leçon que Nu Nu et Julia avaient besoin d’entendre : « il n’existe aucune captivité dont nous ne puissions nous délivrer nous-mêmes », "on n'est pas impuissant face au destin, mais on peut au contraire le déterminer". Très joli roman qui traite plus d' un sujet  d'actualité, et tout particulièrement le rôle premier  de l'amour dans la religion  chrétienne

Brigitte Clavel Delsol

Partager cet article

Repost 0
Published by brigitte clavel-delsol - dans 2015
commenter cet article

commentaires