Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 août 2015 3 05 /08 /août /2015 10:52

Editions des Equateurs

Parution : Juillet 2015

170 pages

13 €

 

 

Le petit ouvrage d’ Antoine Compagnon sur  Baudelaire est magnifique. Avec une grande simplicité il parvient à éclairer le mystère de ce poète maudit. Dès le début, la  sensibilité exacerbée de l’auteur des « Fleurs du Mal » est mise en évidence, car qui, plus  que lui, a la nostalgie de l’enfance ? Mais Baudelaire déteste les niaiseries, et s’il est plein de compassion pour les pauvres ou pour les vieilles femmes, de frayeur vis à vis de la solitude comme de la mort,  il  recourt en permanence  à une impitoyable dérision. Il n’est pas un romantique faiseur de discours. Son texte est le reflet même de sa personne toute entière, violent, laconique,  où  pensée  et  sentiment, raisonnement et intuition, joie et tristesse s’entremêlent et se combattent. Cet anarchiste aime la marijuana mais  loue le travail.  Ce partisan de la liberté bannit le progrès, pleure  le vieux Paris détruit par Haussmann. Antidémocrate, il est hostile à l’égalitarisme, mais reconnaît l’égale condition humaine  dans    l’homme ivre qui bat le pavé semblable au poète qui se cogne contre ses rimes, ou l’Albatros aux ailes de géant qui l’empêchent d’avancer. Mais c’est à Antoine Compagnon qu’il faut rendre grâce : il remet dans son  contexte  du XIXème le vocabulaire baudelairien trop souvent mal interprété, il fait de ce dandy un homme aussi vulnérable  que «  Les femmes damnées », il ne dissimule pas sa misogynie due à ses multiples déceptions amoureuses, mais rappelle sa fidélité à « la servante au grand cœur », il réhabilite « la Charogne » en y voyant non pas le vice mais l’horreur  de la décrépitude. En un mot il nous convainc que Baudelaire est « inclassable, irréductible à toute simplification ». Il ne pouvait pas  faire plus bel éloge à cet incurable  mélancolique qui s’embourbait dans la « boue » et ne rêvait que d’ « or » …

Brigitte Clavel Delsol

Partager cet article

Repost 0
Published by brigitte clavel-delsol - dans 2015
commenter cet article

commentaires