Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 octobre 2015 5 30 /10 /octobre /2015 12:42

 

 

Editions : Actes Sud

Parution : Sept 2013

542 pages

24,80 €

Svetlana Alexievitch n’a rien à ajouter aux  témoignages bouleversants  qu’elle a enregistrés en direct et  la  raison est simple : l’URSS est morte et avec elle tous les espoirs escomptés évanouis, toutes les souffrances endurées pour le Parti annihilées. Seules demeurent des blessures incurables, d’où s’échappent des cris de souffrance et désespoir, et, pire encore, un sentiment d’avoir été dupé, trompé, trahi. Les mots sont simples, bouleversants, les voix nombreuses et malheureusement  divergentes. Car comment s’adapter au capitalisme après  une enfance vouée au communisme ? Comment croire à la démocratie avec une dictature militaire impitoyable ? Une suspicion générale règne,  vis à vis du  passé comme de l’avenir. L’idéal communiste est  piétiné, le capitalisme redouté, l’écart intergénérationnel se creuse, rebâtir sur un terreau de  délation et de sang n’a rien de persuasif. Muselé,  victime de la pensée unique, l’ "homo sovieticus" se voit dépossédé de son existence et se raccroche aux phénomènes de mode. Les églises deviennent des temples de psychothérapie, les vétérans de l’armée des quincaillers et les jeunes soldats des meurtriers aux grosses primes. La roue tourne, l’argent n’est plus dans les mêmes mains mais les mains sont toujours sales, la haine des riches demeure, la xénophobie s’accroît, le nationalisme s’endurcit et la vodka transforme les héros de guerre en loups. La cruauté dépasse l’imaginable. « Là où il y a de l’amour, Dieu est présent». Malheureusement Dieu semble absent, sauf dans les cuisines où Svetlana Alexievitch façonne ce recueil.  Une revue de presse à cœur ouvert  qui secoue profondément le lecteur.

Brigitte Clavel Delsol

Partager cet article

Repost 0
Published by brigitte clavel-delsol - dans 2013
commenter cet article

commentaires