Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 mars 2016 1 21 /03 /mars /2016 15:20

 

Editions : Gallimard

Parution : Février 2016

154 pages

15 €

 

Le feu d’ « Inigo » ne brûle pas dans le dernier livre de François Sureau. C’est là  que réside le talent de l’auteur.  Il adapte son style  à son héros, Charles de Foucauld, à la fois  éternel insatisfait, désireux de convertir sans jamais en  être apparemment  capable. Le  fil conducteur est  imperceptible, comme  Dieu dans la vie de l’officier de St Cyr  et du moine de la Trappe. Néanmoins une lueur d’espoir s’élève peu à peu  chez  ce réfractaire. Le froid ethnologue se métamorphose en un  traducteur sensible à la langue et à la poésie touareg.   L’aristocrate militaire a la ferme intention d’étendre l’Evangile plus que les colonies. S’il se révèle indulgent pour les déshérités, il fait preuve d’intransigeance  pour les milieux fermés, militaires ou religieux. Il croit au progrès mais prône le plus grand dépouillement et le statut de serviteur. L’ouvrage de F. Sureau est sobre, il va dans le sens de Charles de Foucauld, invite à avancer sur une route « sans paroi » entre le royaume des cieux et la vie terrestre, car ils ne font qu’un.  Erreur à ceux « qui pensent que Dieu est loin, ailleurs, quelque part, qu’il commande et qu’il juge » ! Très belle réflexion sur le radicalisme et le fanatisme qui montre que Charles de Foucauld est toujours d’actualité !

B C. D

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by brigitte clavel-delsol - dans 2016
commenter cet article

commentaires