Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 octobre 2016 4 06 /10 /octobre /2016 08:41

 

 

 

Editions : Gallimard

Parution : Septembre 2016

348 pages

21 €

 

Et si le  parcours initiatique du protagoniste   Shmuel plein de maladresse et d’inquiétude n’était autre que  celui d'Amos Oz, et même celui d’Israël, voire aussi celui de Judas dénommé le traître ? C’est dans une Jérusalem splendide des années 50 que Shmuel débarque de la province avec ses désillusions politiques,  amoureuses et universitaires. Sa petite amie a épousé un fonctionnaire,  le Club des jeunes socialistes périclite, et sa thèse « Jésus dans la religion juive » arrive à une impasse. En contrepartie de quelques services il parvient à se loger dans une maison « sombre comme un caveau » mais d’où émane une flagrance de violette accompagnée des plus grandes incertitudes. Car si  le corps de   Wald, son hôte, est déformé par la vieillesse, sa tête est pleine de lucidité autant que de questions. Lui,  digne héritier d’une race millénaire pieuse et érudite, a envoyé son fils unique  à la guerre de 1948  et Micha n’en est jamais revenu. Wald est alors hanté par son vieil  ami défunt Abravnel , le père de sa belle-fille Atélia, considéré comme traître car opposé à l’euphorie militariste de son époque. Roman plein d’actualité certes, mais plus encore plein d’énigmes éternelles : les limites du nationalisme comme celles du communautarisme, les dangers inévitables de l'égalitarisme, la fausse réputation de la religion juive, la similitude du baiser de Judas avec les innombrables putschs historiques qui ne rendent que plus vrai le fameux adage : « Heureux soient les rêveurs  et maudit celui qui lui ouvrira les yeux »…Telle est la vocation d'Amos Oz qui,  par le biais de ce beau roman,  tente de révéler des vérités, quitte à passer pour un traître ...

Partager cet article

Repost 0
Published by brigitte clavel-delsol - dans 2016
commenter cet article

commentaires