Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 octobre 2016 2 11 /10 /octobre /2016 16:15

 

 

Editions : Gallimard

Parution : Juin 2016

524 pages

22 €

Dans son vaste projet de peindre le monde actuel, Karine Tuil rend compte de la fragilité de notre époque.  Point de leçon dans ce roman, juste  une étude des mœurs  où « l’insouciance » en politique comme en amour  rime avec l’ignorance et l’incohérence. Dès les premières pages un  style lancinant  rappelle les horreurs de la guerre en Afghanistan, les mensonges  des rescapés devant les questions incongrues,  le désespoir des mutilés.  Mais le silence forcé  n’est pas réservé au lieutenant Romain Roller. La susceptibilité d’Osman Diboula, fils d’immigrés ivoiriens, a du mal à se plier aux conventions sociales imposées à son poste de conseiller  à l’Elysée où il fait  sciemment des allers retours. De même  le brillantissime François  Vély  fait pitié  dans son  rôle de puissant homme d’affaires qui essaie de camoufler ses déboires familiaux et son antécédence juive. Car  les origines sont de première  importance dans la constellation du pouvoir, comme dans le monde de l’économie et dans le domaine de l’amour, pouvant  autant servir que nuire, attirer que porter préjudice.  Alors pourquoi ne pas recommencer à zéro en Irak où tout est à reconstruire ?  Tel est le pari de nos trois protagonistes  qui ont envie de réussir à tout prix, jusqu’à sacrifier leur vie privée. Victimes de leur civilisation, grisés par les honneurs, séduits par les rapports de force, trompés par le feu des passions, ils ont négligé l’impact du terrorisme qui va  exterminer leur insouciance qui n’était qu’innocence selon Karine Tuil. Livre  passionnant  grâce à la diversité de ses personnages et à un mélange entre actualité et fiction où le lecteur est heureux de se raccrocher aux « vertus consolatoires » du style de Karine Tuil pour ne pas tomber à son tour dans un profond pessimisme.

B.C.D

 

Partager cet article

Repost 0
Published by brigitte clavel-delsol - dans 2016
commenter cet article

commentaires