Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 novembre 2016 6 05 /11 /novembre /2016 07:06

Editions : Albin Michel

Parution : Septembre 2016

312 pages

35 €

 

 

Ce voyage à travers l’Amérique et sa littérature est fabuleux. J-L. Bertini, célèbre photographe,  et A. Thiltges,  docteur ès lettres, essayiste, biographe et traducteur, en  sont les deux auteurs.   Le  grand format  du livre n’est pas seul à refléter l’ambition du projet: les photos aux couleurs pastel où s’entrecroisent paysages urbains et terres reculées sont aussi diversifiées  et atypiques que les hommes de lettres présentés.  Pris sur le vif dans son cadre naturel, chaque  portrait  est  une rencontre inespérée.  A. Thiltges ne se contente pas de révéler l’écrivain de par son environnement quotidien. Il  étudie de l’intérieur la structure du  moi créateur comme celle du roman, offre  une étude stylistique très explicative, insiste sur  l’unicité des romanciers. Ainsi, bien que tous deux indo-américains, Louise Erdrich veut « montrer comment les gens vivent »  tandis que  David Treuer veut « être un fabuliste » avant tout. Michael Collins transforme le roman policier en roman existentiel tandis que ce qui importe pour Laura Kasischke c’est bien plus la poésie  que le suspens et  le scénario. A sa différence, Larry Fondation déteste les niaiseries bucoliques, préférant parler des laissés-pour-compte avec le langage qui leur est propre et donner ainsi l’impression d’entrer dans le cerveau des personnages eux-mêmes. Par contre Thomas McGuane apprécie la précision extrême de l’écriture et fait plein de brouillons avant d’arriver à la version finale. Les exemples dans la diversité pullulent comme les paysages de ce pays, ce qui fait dire à Tobias Wolff : « … la vérité, c’est que je ne me considère ni de l’Ouest, ni de l’Est : je suis un Américain, voilà tout ». Sans doute est-ce cette même raison qui rend  ce livre irrésistible, car américain avant tout, il est à lui seul une  échappée magnifique  dans  les grands espaces littéraires, même si, comme dit Jim Harrison, «  la beauté des oiseaux et la qualité d’un repas passent avant la littérature » ! Un bien beau cadeau…

B.C.D  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by brigitte clavel-delsol
commenter cet article

commentaires