Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 décembre 2016 1 19 /12 /décembre /2016 09:22

Editions : Flammarion

Parution : Septembre 2016

150 pages

16 €

Estimation : 4,5/5

 

A la liste des nombreux biographes de Marcel Proust doit s’ajouter le nom de Diane de Margerie qui publie son troisième livre sur la famille Proust. Son fil conducteur est plein d’originalité : pourquoi dans sa « Recherche du temps perdu » Marcel Proust passe-t-il sous silence son frère cadet Robert, de deux années plus jeune que lui ? Cette occultation révèle-t-elle une jalousie refoulée, une rivalité insurmontable, un mépris mérité ou une étonnante indifférence de la part d’un homme fragile à la sensibilité exacerbée ? Les Robert furent très nombreux dans la vie de Marcel. Certes son frère n’est jamais cité, mais il est indéniable que les multiples qualités de Robert de Saint-Loup, personnage principal de « la Recherche », sont inspirées par tous les amis de l’auteur, y compris Robert Proust qui pendant la guerre fut un médecin des tranchées des plus courageux. Diane de Margerie parvient avec finesse à démêler l’enchevêtrement des sentiments réciproques des deux frères qui sous des apparences différentes se ressemblent étonnamment, l’un se consacrant aux maux du corps , l’autre aux tourments de l’âme, l’un « à la recherche médicale visible », l’autre « à la recherche littéraire de l’invisible ». Et si Marcel Proust souffre, sans doute est-ce dû au fait qu’il ressent cette « trop grande ressemblance », sentiment qui pèse plus qu’il n’apaise, Et c'est cette fragilité que le médecin voulait soigner, seule source d’inspiration de l'écrivain  pour exprimer son incapacité d’aimer …

B.C.D

Partager cet article

Repost 0
Published by brigitte clavel-delsol - dans 2016
commenter cet article

commentaires