Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mars 2017 6 18 /03 /mars /2017 07:34

Les Editions de Minuit

Parution : janvier 2017

 174 pages

14,50 €

Estimation : 4,5/5

Un seul lieu : le bureau d’une maison d’arrêt. Une seule voix, celle de Martial Kermeur qui  justifie son crime. Car Kermeur l’avoue dès le début : il  a abandonné  en mer le promoteur Antoine Lazenec tombé de son bateau et c’est, selon lui,  « une œuvre de salut public ». Alors le lecteur comme le juge d’instruction écoutent en silence cet homme inculpé de non-assistance en danger. Certes en arrière fond il y a la rade de Brest, grise de brume et d’eau sombre,  qui empêche d’y voir clair. Mais  Lazenec à l’allure de cow-boy  a convaincu les ouvriers licenciés de l’arsenal de Brest que leurs indemnités de chômage pouvaient transformer ce triste  village en un St Tropez de luxe. Et c’est  là que réside le talent de l’auteur : la simplicité d’expression de Kermeur et l’authenticité de ses sentiments  contrastant avec la malhonnêteté  désinvolte mais séduisante de Lazenac. A la fin du roman le personnage qui semble le plus important bien qu’absent n’est autre qu’ un enfant, celui de Kermeur,  auquel le lecteur ne porte pas plus  d’attention que Kermeur lui-même , non pas qu’il ne l’aime pas, bien au contraire, mais parce qu’il ignore la souffrance filiale  devant l’impuissance de la vieillesse  paternelle. Très beau livre qui aborde plus d’un sujet jusqu’à ajouter un nouvel article au code pénal …

B.C.D

Partager cet article

Repost 0
Published by brigitte clavel-delsol
commenter cet article

commentaires