Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 avril 2017 4 27 /04 /avril /2017 16:48

Editions : Actes Sud

Parution : Janvier 2017

171 pages

16,50 €

 

Cri dans la nuit des temps,  qui part de bien avant Auschwitz, se prolonge jusqu’à  la Turquie d’aujourd’hui et même plus loin, tel est le dernier livre d’Asli Erdogan emprisonnée puis assignée  à résidence avant son jugement définitif. Car cette journaliste turque n’a plus droit à la parole, encore moins à l’écriture et  pas même au silence intérieur. Pour elle, se taire signifie non seulement lâcheté, mais complicité. Alors, « ce n’est pas un verdict, c’est un cri »  sous forme de poésie en prose qui s’échappe d’elle, malgré elle. Un hommage à tous ceux emprisonnés,  martyrisés, ou morts pour la vérité, qui prend la tonalité d' une révolte, poignante de sincérité. Elle nous promène dans les rues du désespoir, devant des corps nus,  amputés, souillés de boue ou de sang, au bord de charniers nauséabonds, au fin fond des caves d’un splendide palais. Elle va jusqu’à ressusciter le dérisoire de nos chagrins d’enfant pour mieux nous faire réaliser  la cruauté des départs forcés et sans retour. En un mot elle universalise  la souffrance humaine causée par « l’oppression, notre plus vieille et immuable histoire ». Elle fait de son pays  une peinture de feu où une fumée sombre endort tous les sens : « Même si nous sommes horrifiés, rien ne nous étonne plus » … Livre aussi beau que triste où peu à peu  le cri se transforme en pleurs.

B.C.D.

Partager cet article

Repost 0
Published by brigitte clavel-delsol - dans 2017
commenter cet article

commentaires