Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 janvier 2018 5 05 /01 /janvier /2018 12:42

Editions : Gallimard

Parution : Juillet 2017

593 pages

23,90

 

 

A la mauvaise conscience du  narrateur d’avoir usurpé, dans les années soixante-dix, des écrits de Manfred Arius pour rédiger son mémoire universitaire s’ajoute un mystère : pourquoi  son propre père dénommé  Grant  ne lui a jamais parlé des liens d’amitié qu’il avait entretenus avec cet artiste  célèbre d’origine prussienne  ? Qui est ce Manfred Arius suspecté d’antisémitisme pour avoir  fréquenté l’école baroque de Lambach dans sa jeunesse?   Puis soupçonné d’être un sympathisant du capitalisme occidental  malgré sa fidélité au communisme  et sa participation à la guerre d’Espagne, tout en étant qualifié d’agent de la Stasi ? Pour mieux comprendre ce XXème siècle le narrateur nous plonge dans la R.D.A d’après guerre, dans sa diabolisation de l’Ouest, dans ses écoles de Moscou  ou de Golm qui mettent en place tout un système de dénonciation, d’harcèlement ou de liquidation pour tout opposant au régime. Et si leurs adeptes semblent n’avoir d’autre objectif que de servir le Parti, le narrateur découvre à quel point les agissements de chacun reposent sur leurs  propres faiblesses. Arius le bourgeois de bonne famille ne s'est-il pas converti au marxisme par amour pour une femme et ouvert à l'Ouest grâce à son amitié pour Grant? Le sentimentalisme apparent de Mielke fait preuve de la plus grande cruauté quand il s’agit de surveiller le Rideau de fer. Si Götz se charge d'éliminer les punks, cette "vermine" venue de l’Ouest, sa chasse n’est elle pas uniquement due à son attrait obsessionnel pour Jeanette? Alors  la profonde dépression d’Arius n'est-elle pas justifiée? Heureusement l’image récurrente du cénotaphe de Newton, emblème de la famille d’aérostiers d’Arius, symbolise inlassablement la liberté, la fuite et pourquoi pas le rappel d’un ailleurs bien meilleur? Livre très riche, à la fois plein de romantisme et de réalisme, et si le lecteur a quelque mal à pénétrer dans cette triste atmosphère, il a plus encore de peine à la quitter. B.C.D.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : panoramadelectures.over-blog.com
  • : chronique de romans littéraires
  • Contact

Recherche

Liens