Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 mars 2020 2 31 /03 /mars /2020 15:43
"Marie Laurencin, la féerie" par Isaure de Saint Pierre

« Marie Laurencin, la féerie » par Isaure de Saint Pierre 

 

 

Editions : Albin Michel

Parution : Novembre 2019

241 pages

20 €

 

Isaure de Saint Pierre fait revivre à merveille les quartiers de Montmartre et Montparnasse des Années folles. Elle ne s’attarde pas sur les maux et les sentiments de Marie Laurencin, fille naturelle d’une couturière qui sait pertinemment ce qu’elle veut : peindre et aimer à sa façon. La biographe a compris combien seul le maelström parisien parvient à inspirer la jeune maîtresse de Guillaume Apollinaire avant qu'elle devienne la baronne von Wätjen. Comme le pinceau de celle-ci, la plume d’Isaure de Saint Pierre est leste, virevolte, fidèle à son style simple mais riche de connaissances, « une grâce toute française ». Personne n’influence Marie Laurencin, elle résiste aux couleurs du fauvisme, fait peut-être quelques concessions au cubisme dans les visages pointus de ses portraits avant de les arrondir quand elle sera plus paisible, n’adhérera pas au dadaïsme, ne tiendra jamais compte des nouveaux courants picturaux.  Elle se limitera à ses jeunes filles en fleurs aux couleurs toutes en douceur et à de rares  corps androgynes maladroits dans leurs mouvements.  Dans  Paris occupé, le nazisme  lui importe peu,  tant qu’elle vend ses toiles. Jusqu’au jour où elle se rend à l’ambassade d’Allemagne pour faire  libérer son ami Max Jacob interné au camp de Drancy. En vain.  Alors, plus que jamais, la peinture est son  refuge, ses pinceaux le seul moyen d’oublier les horreurs du monde,  ses couleurs deviennent de plus en plus éthérées, jusqu’à s’effacer si Isaure de Saint Pierre  ne les avait pas ressuscitées.

B. Clavel Delsol

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : panoramadelectures.over-blog.com
  • : chronique de romans littéraires
  • Contact

Recherche

Liens