Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 décembre 2020 7 06 /12 /décembre /2020 10:32
« Rhapsodie italienne » par Jean-Pierre CABANES

« Rhapsodie italienne » par Jean-Pierre CABANES

 

 

Editions : Albin Michel

Parution : Octobre 2019

726 pages

 22,9O  €

 

 

Le propre même d’une rhapsodie  musicale est sa forme libre et son thème populaire. C’est précisément ce dont J-P Cabanes  fait preuve  dans cette fresque  italienne du début du XXème siècle où cohabitent une  indépendance d’esprit des plus romanesques et un souci constant de vérité historique. Le style est vivant, entrecoupé de dialecte et de descriptions inoubliables. Le lecteur découvre un petit caporal dans   les tranchées lors de la guerre contre l’Autriche qui deviendra   Duce avant de déserter comme un voleur.  Il fait des allers retours entre  les riches  salons  de  Rome ou Vérone  tout en en passant par  les paysages de la Sicile brûlés de passions amoureuses et mafieuses.  Les  protagonistes,  à la fois  réels  et romancés, reflètent à merveille l’état d’esprit de ces arditi qui  passent du patriotisme le plus sincère à une obsession nationaliste où légalisme et illégalisme se succèdent  selon les circonstances et le bon vouloir de Mussolini. Si l’intérêt du livre réside dans le déroulement  d’un fascisme qui se révèle de plus en plus dictatorial,  c’est le tempérament italien qui domine,  dont la règle est «  l’honneur, le silence et la vengeance ». Sans doute est-ce l’origine des liens indéfectibles entre  Lorenzo Mori  de  la haute bourgeoisie, héros de quatre guerres qui finira général et préfet de Sicile,  et Nino Carderonne chef de la mafia sicilienne, deux frères d’armes que tout sépare mais que le destin ne cesse de réunir. Car Dieu hante l’Italie, tout le monde s’arrange avec Lui, que ce soit le Duce ou la Causa Nostra …Mais le diable aussi est de la partie, Lorenzo ne cesse de s’en rendre compte : le fascisme ne se résume pas à l’huile de ricin… Le Duce est sans pitié pour ceux qui le lâchent à la dernière séance du Grand Conseil .  Et si Lorenzo demeure le héros du livre c’est grâce à sa  fidélité à ceux qu’il aime et sa liberté de penser face aux  dogmes politiques. Livre conseillé à tous les amoureux de l'Histoire et de l’Italie.

B. Clavel Delsol

Partager cet article
Repost0

commentaires

S
Très bel article, très intéressant. Je reviendrai me poser chez vous. N'hésitez pas à visiter mon univers (lien sur pseudo). A bientôt.
Répondre

Présentation

  • : panoramadelectures.over-blog.com
  • : chronique de romans littéraires
  • Contact

Recherche

Liens