Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 janvier 2021 6 30 /01 /janvier /2021 20:18
« Ils voyagèrent vers des pays perdus » par Jean-Marie ROUART

« Ils voyagèrent vers des pays perdus » par Jean-Marie ROUART

 

 

Editions : Albin Michel

Parution : Janvier 2021

312 pages

21,90 €

 

 

 

 

Le ton est vite donné : avec un style percutant, plein d’imagination et d’humour J-M Rouart, semblable à ses personnages tiraillés entre France libre et pétainisme, refait  l’Histoire. Le livre s’ouvre avec l’arrivée de Mlle de Méribel, fidèle secrétaire  du général de Gaulle, qui  lui remet une dépêche de Pétain lui annonçant son départ de Vichy pour rejoindre l’armée américaine à Alger.  Pris de court, de Gaulle se montre désespéré, le maréchal lui dérobant  ses plans et  sa victoire. Par contre,  vu l’âge du vieux maréchal, Darlan  voit se dessiner pour lui un avenir prometteur.  Ainsi une  connaissance  profonde des hommes avides de pouvoir révèle combien le cours des évènements  peut changer au gré du vent. Car, si libérer la France  est le motif premier, les ambitions  politiques  et les péripéties amoureuses  se lient et se délient avec la même rapidité. Les aventures  se multiplient  avec un rythme tel que le lecteur sans s’en rendre compte passe des princesses  londoniennes infidèles aux joutes intellectuelles d’Aron et Labarthe qui exaspèrent de Gaulle. Il assiste au  dépit de Churchill devant le départ de l’aviso « Destiny »  sur lequel  le général s’embarque en toute discrétion et grand mystère. Si la plume de Rouart n’est pas acerbe, elle est bien ironique sur la direction géographique  et politique prise par le général ,  ses escapade dans une  sainte Russie qui n’existe plus, son embarras devant le beau cadeau de Staline qui lui inspire des essais romantiques,  et mieux encore son désir d’accéder au  pays des Brumes, le refuge des dieux ! Et si Pétain l’y rejoignait, et si les Français avaient discerné leur complémentarité, et si, et si…  La Libération aurait été tout autre, mais le lecteur n’aurait pas pu découvrir cette jolie fresque picaresque pleine de vérités humaines à défaut de vérités historiques.

B Clavel Delsol

 

Partager cet article
Repost0

commentaires