Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 janvier 2014 1 06 /01 /janvier /2014 09:54

Editions : Zulma

Parution : Mai 2013 

286 pages 

9,95 €

 

 

Un roman qui fait couler beaucoup d'encre: les uns dénoncent sa platitude, les autres le poids des traditions. Et s'il fallait simplement y discerner une étude de la nature humaine  de la part de Zoyâ Pirzâd? A partir du dévouement exacerbé de Clarisse, mère de famille arménienne vivant à Abadan en Iran dans les années 1960-70, l'auteure fait surgir la force de l'égoïsme ambiant et universel. Instinct indomptable, celui-ci  est semblable à la pluie des sauterelles qui savent attaquer et se reposer les unes sur les autres pour jouir davantage de leur force destructrice. Douceur et ironie, réalisme et rêve rythment la banalité du quotidien.Personne n'est vraiment cruel ni méchant, mais chacun poursuit sa course au bonheur, unique objectif d'une société bornée dans ses préjugés, inconsciemment assise sur un volcan, à la merci d'un ciel toujours menaçant. Et le leitmotiv "C'est moi qui éteins les lumières" semble doucement se transformer en une action de grâce à celui qui sans bruit les allume, a conscience de la "pauvre humanité!" et permet d'y voir plus clair. Hymne à la vie, insupportable sans amour: chacun des personnages de ce joli roman en fait l'expérience...

Brigitte Clavel Delsol 


 


Partager cet article

Repost 0
Published by brigitte clavel-delsol - dans 2013
commenter cet article

commentaires