Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 mars 2013 4 21 /03 /mars /2013 13:55

 

 

 

Editions : Seuil - Lepassage

Parution : Janvier 2013

143 pages

14 €

 

 

Un  creuset de  poésie et  de sensibilité, un mélange d’animalité et d’humanité, de délicatesse et de cruauté : telles pourraient se définir ces neuf petites nouvelles, magnifiquement écrites,  qui par leur brièveté en disent plus long qu’un roman. Ce joli bestiaire  offre tendresse et innocence. Un rat apprivoisé  apporte l’espoir  au prisonnier vaincu,  le  lion rend  au solitaire le  goût de la vie, le ver de terre grouillant gaiement  dans sa laideur réconforte le vieillard. A l’opposé  le monde des humains  apparaît  féroce, vaniteux, paré en toute bonne  conscience d’une inflexible cruauté.  L’ourson est  adoré   mais le  nain qui se cache sous sa fourrure  méchamment dédaigné. La danseuse étoile meurt d’épuisement à force de  dissimuler sa belle anomalie, car « dans ce monde cruel, il n’y a pas de place ni d’indulgence pour ceux qui ne sont pas tout à fait comme les autres ». Ainsi la lumière de l’intelligence  semble être remplacée par un pur  instinct,  où l’expérience  de l’instant ressenti  prédomine sur l’éternelle  raison.  L’homme ne sait plus penser par lui-même, se réfère à des idées toutes faites, court après ce qui est « vu, admiré, adulé » et n’hésite pas à détruire ce qui le gêne. Contes pour enfants ou contes philosophiques, la leçon est la même : la grandeur d’âme est toujours à réinventer …

B .C

Partager cet article

Repost 0
Published by brigitte clavel-delsol - dans 2013
commenter cet article

commentaires