Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 janvier 2013 2 29 /01 /janvier /2013 13:03

 Editions : Actes Sud

Parution : Janvier 2013

298 pages

21,80 €

 

Dans ce très joli roman la vie d’Augustinius est parfaitement relatée, de ses frasques de jeunesse dans Carthage la folle à  sa charge d’évêque d’Hippone. L’auteur n’a rien oublié, ni son enfance choyée à Thagaste l’austère, ni ses débats philosophiques qui lui font abandonner le manichéisme au profit du christianisme et inspirent  ses prédications envoûtantes. Néanmoins Claude Pujade-Renaud  n’hésite pas à donner la parole à une femme qu’elle nomme Elissa avec laquelle Augustinius vécut et eu même un fils, mais dont Lucien Jerphagnon, dans la préface de la Pléiade, affirme que «  de cette femme, nul ne saura jamais le nom ». A partir de ces prémisses toute fiction est permise. Ste Monique est présentée comme une mère possessive et arriviste aux penchants alcooliques ; Augustinius comme un homme des plus sensuels, qui prêche l’amour, vante l’ascétisme et combat le libre arbitre. La blessure toujours ouverte d’Elissa  apporte alors à ce livre une tonalité de dépit amoureux qui incite le lecteur à avoir plus d’empathie pour la femme répudiée que pour un des plus grands saints de l’Eglise.

B.C

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by brigitte clavel-delsol - dans 2013
commenter cet article

commentaires

Alain Renaud 09/08/2013 10:34

On peut toujours ne prendre qu'un aspect de la vie d'un homme et en tracer un portrait qui reflète plutôt les pensées de l'auteur du livre que le personnage dont la vie est relatée.La tâche est
encore plus hasardeuse dès qu'il s'agit d'un personnage illustre et ayant vécu à une période bien différente de la nôtre. De saint Augustin, on peut ne retenir que sa première période ou la seconde
où il fut et reste l'un des plus grands théologiens. De lui je préfère me répéter ces phrases tant de fois citées. Celle-ci résume sa mystique: "Tard je t'ai aimée, Beauté si antique et si
nouvelle, tard je t'ai aimée. C'est que tu étais dedans et moi dehors où je te cherchais en me ruant sans beauté vers ces beautés que tu as faites. Tu étais avec moi, mais je n'étais pas avec toi."
Repentir, recherche, humilité, chemin de foi. C'est le message que saint Augustin nous a légué avec cet texte sur l'amour qui rivalise avec celui de saint Paul:
Le devoir sans amour nous rend acharné.
La responsabilité sans amour nous rend impitoyable.
La justice sans amour nous rend dur.
La vérité sans amour nous rend critique.
L'intelligence sans amour nous rend rusé.
La gentillesse sans amour nous rend hypocrite.
L'ordre sans amour donne un esprit étroit.
L'honneur sans amour nous rend orgueilleux.
La possession sans amour nous rend avare.
La foi sans amour nous rend fanatique.
La vie sans amour est sans valeur.
Aime et fais ce que tu veux;
Si tu te tais, tais-toi par amour.
Si tu parles, parle par amour.
Si tu corriges, corrige par amour.
Si tu pardonnes, pardonne par amour.
Aie au fond du cœur la racine de l'amour : de cette racine rien ne peut sortir de mauvais.