Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mai 2013 7 05 /05 /mai /2013 07:56


Editions : Albin Michel

Parution : Février 2013

338 pages

22€

 

 

Mieux comprendre un monde apparemment composé de « fous », de « timbrés », « cinglés », « dérangés » » « toqués »… tel semble être l’objectif de cette romancière et philosophe israélite. En arrière fond, la route entre St Jean d’Acre et  Haïfa, parcourue quotidiennement depuis l’accident de son fils par une  vieille clocharde dénommée Na’omi.  Tamar, dans sa voiture jaune, la dépasse régulièrement  jusqu’au jour où elle lui propose ses services. Au grand carrefour un mendiant russe toujours ivrogne, accusé d’avoir tué son frère. Plein de  contradictions sur cette terre d’Israël : les murs sont recouverts d’inscriptions obscènes et les rues bloquées par des manifestations féminines opposées au projet d’insémination artificielle ;  au service militaire  obligatoire les jeunes  préfèrent   vodka et  tatouage ; mais  la superstition subsiste de même que le chômage qui suscite le désir d’émigrer en Australie. Na’omi  n’est pas la seule à être hantée par la mort. Le hasard n'en finit pas d'accabler et l'instabilité humaine d'exaspérer. Chacun souffre jusqu’à la déraison, mais point de misérabilisme.  Le leitmotiv demeure joyeux  « Things can only get better »  et fait avancer le lecteur dans une histoire à plusieurs voix, une alternance de monologues, moitié récits, moitié confidences, parfois très drôles, parfois tragiques, qui justifient habilement la détresse humaine.  Car celle-ci est universelle, rappelle Tamar  à travers  un fait divers tout aussi loufoque, arrivé en Angleterre. « Mais on ne peut toujours tout comprendre … ». C’est ce souci d’élucider le mystère humain qui semble avoir inspiré l’auteur. L’énigme est résolu : il y a dans le cœur de l’homme « de la place pour un seul amour »...

B.C

Partager cet article

Repost 0
Published by brigitte clavel-delsol - dans 2013
commenter cet article

commentaires