Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mars 2012 3 07 /03 /mars /2012 15:05

 

Editions : Actes Sud

Parution : Novembre 2011

327 pages

22 €

 

 

A la lecture de ce livre autobiographique il est difficile de réaliser  que l’auteur-narrateur, de nationalité belge, est âgé de 98 ans.« L’enfant rieur » est celui qu’il était vraiment,  que personne ne percevait, mais qui, au bout d’une longue vie, resurgit plus fort que jamais. Grâce à des talents de psychanalyste autant que d’écrivain, Henri Bauchau brosse un environnement  qui a toujours été cause de ses tourments. De son plus jeune âge jusqu’à sa maturité, il souffre de scrupules et du doute de soi. Car les situations où il se trouve opposent sans cesse son cœur à sa raison. Dès 1916 « il est forcé de vivre la haine » car les Allemands envahissent la Belgique, tout en conservant une admiration secrète pour un père chasseur de papillons. Que ce soit la domination d’un grand frère, l’autoritarisme d’un oncle, l’emprise d’un ami, l’audace d’une femme, rien ne lui échappe. A cela s’ajoute l’esprit dictatorial de l’Eglise qui finit par l’amuser. Mais l’ordre  de l’armée belge de capituler  en  avril  40 alors qu’il est officier l’affecte profondément. Tout est donc  cause de soumission, de révolte intérieure et de désarroi. « Rien de ce qui arrive n’est ma propre aventure ». Rien n’est feint, le narrateur est lucide autant sur ses faiblesses que celles de l’humanité, sur l’ironie du sort qui peut rayer une histoire d’amour comme  déclencher une guerre. C’est en l’écrivant noir sur blanc qu’il se renforce, comprend ses renoncements au service du bien commun et redevient « l’enfant rieur ». Sans doute est-ce la raison pour laquelle l’histoire de sa vie  se lit avec tant de plaisir…

Brigitte Clavel

Partager cet article

Repost 0
Published by brigitte clavel-delsol - dans 2011
commenter cet article

commentaires