Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 septembre 2013 1 23 /09 /septembre /2013 13:31


 

 

 

Editions : Stock

Parution : Août 2013

149 pages

16 €

 

 

Un  père est bien souvent un héros  invincible, inaccessible.  Il n’en est rien avec celui de  Belinda Cannone auquel elle consacre un portrait peu banal. Elle le présente vulnérable, complexé, incapable de modération, allant jusqu’à frôler la mort en jeûnant, suite au départ de sa femme. Mais cette faiblesse apparente se révèle peu à peu vertu morale. Un  tempérament peureux incitait cet homme à s’inquiéter pour autrui, à prodiguer des conseils, à valoriser ses interlocuteurs, à donner ce qu’il n’avait jamais reçu.  En un mot « il savait aimer ». Il voulait épargner son entourage de la violence du monde et les rendre attentifs à la poésie de la vie. Français immigré, il avait  le culte des mots et  plaisir à transmettre leur subtilité, à développer  l’imagination créatrice, non pas avec un souci d’esthète, mais toujours ce désir  de remplir ce « vide commun » à tous. Ainsi, en reconstruisant la personnalité de son père, passeur aux dons multiples mais non reconnus,  l’auteur découvre le « rôle capital » de celui-ci dans sa vie, et finit par se forger elle-même en même temps que son très joli  livre.

Brigitte Clavel

 

Partager cet article

Repost 0
Published by brigitte clavel-delsol - dans 2013
commenter cet article

commentaires