Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juillet 2013 2 02 /07 /juillet /2013 08:35

 

Editions : Albin Michel

Parution : Mai 2013

190 pages

16 €

 

 

Le récit de Marie Rouanet est d’autant plus passionnant qu’il est aussi réaliste sur le fond que  poétique sur la forme. C’est la vie de  Jean Hugo (1894-1984) qui l’inspire et le lecteur aura vite fait d’en deviner les  raisons. Jean Hugo est doué de nombreux talents, mais la modestie l’emporte sur le souci de la réussite : rivaliser avec le génie de Victor le Grand n’est pas facile, son père Georges Hugo l’a prévenu. Cependant rien, pas même deux guerres ni la vie dissolue de ses amis et célèbres artistes parisiens, (Cocteau, Honegger, Radiguet, Picasso, Lucien  Daudet, Poulenc…) n’arrête son esprit contemplatif et créateur. Il conserve son carnet de croquis dans la poche,  rédige secrètement  ses mémoires  et gagne sa vie en tant que décorateur de théâtre et créateur de costumes. Par la sobriété de son art  il dévoile la sainteté de Jeanne d’Arc dans le film de Carl Dreyer,  par ses jeux de velours  il épouse chacun des rôles des pièces de  théâtre. Pour lui tout est terreau de créativité. De son « Voyage de Moscou et Leningrad » subsistent des  gouaches minuscules  où la pâleur des teintes annonce le chatoiement de celles qui l’attendent à Fourques, propriété héritée de sa grand-mère. Là il résiste à l’athéisme grandissant de son entourage, à l’opium de ses amis auxquels il ouvre sa demeure, à la solitude laissée par  le  départ indifférent de ses enfants.  Il trouve son bonheur  dans le régionalisme et la langue d’oc de Mistral, dans la foi contagieuse de  Jacques Maritain. Mystique exacerbé il reconnaît  Dieu partout, et grâce à Marie Rouanet gagne une postérité que celle-ci  mérite à son tour : car ressusciter un mort avec tant de talent relève du miracle.

B Clavel-Delsol

Partager cet article

Repost 0
Published by brigitte clavel-delsol - dans 2013
commenter cet article

commentaires