Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 novembre 2012 1 05 /11 /novembre /2012 09:49


 

 

 

Editions : Gallimard

Parution : Septembre 2012

226 pages

18,90 €

Evaluation de l’ouvrage : 4,5/5

 

Ce roman, intitulé du nom de la déesse grecque qui détient dans sa main la roue de la fortune, présente le prototype même de l’anti-héros, malheureux de son sort et pourtant si attachant.  L’histoire se situe à Newark, petite ville de Pennsylvanie  pendant l’été 44. Jusqu’ici, la chance semble n’avoir pas beaucoup souri au protagoniste Bucky Cantor. Doté d'un physique ingrat et d'une forte myopie, celui-ci a eu une grande déception:l’armée américaine ne l’a pas enrôlé  comme  tous ses camarades. Il se promet alors de se vouer à l’éducation sportive de la jeunesse juive et obtient le poste de directeur d’un terrain de sport réservé aux enfants dans l’impossibilité de partir en vacances. Or cet été là, la ville connaît une épidémie de poliomyélite et Bucky Cantor va tout faire pour protéger ses élèves, sans jamais se ménager. Révolté contre l’injustice des guerres et des épidémies qui frappent au hasard, Bucky Cantor ressent  la peur, la tentation de fuir, le désespoir. Hanté par une culpabilité non justifiée, il va en oublier les beautés de l’existence  jusqu’à se discréditer lui-même. Mais Philip Roth ne laisse pas le lecteur dans un sombre désespoir. Du début à la fin il met en scène des personnages secondaires tels que les grands-parents maternels de Bucky Cantor, le docteur Steinberg et sa fille Marcia, tous pleins d’amour,  et l’ancien élève Arnie très  lucide sur l’attitude orgueilleuse de l’homme au javelot, qui veut tout comprendre et maîtriser, jusqu’à vaincre l’invincible  Némésis : très jolie plaidoirie qui disculpe Dieu de tous les maux de la terre…

B.C

 

Partager cet article

Repost 0
Published by brigitte clavel-delsol - dans 2012
commenter cet article

commentaires