Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 août 2011 1 01 /08 /août /2011 13:09

                                                             

 

Editions : Actes Sud

Parution : Mai 2011

216 pag

18 €

 

Sans doute Siri Hustvedt bénéficie-t-elle de deux atouts majeurs pour que son livre se trouve sur les étalages de  toutes les librairies : d’abord le fait d’être l’épouse de Paul Auster et ensuite l’à-propos de son titre pendant cette période estivale. Mais le lecteur a le droit d’être déçu par un style et une traduction aussi pauvres l’un que l’autre et  même être choqué par les expressions crues d’une féministe invétérée ou mieux d’une refoulée en mal d’amour et de reconnaissance. Et pourtant, malgré la meurtrissure de celle-ci, il décèlera une femme capable de se tourner vers les autres au lieu de s’abandonner à des remèdes psychiatriques. Mia, que son mari a quittée, ouvre son cœur à plus malheureuses qu’elle. Mais, en chacune de celles-ci, femmes âgées ou adolescentes, elle découvre un vide infernal, une libido inassouvie. Son remède ?  Faire éclater au grand jour le noir obscur de l’âme, la souffrance trop souvent prise pour de la folie. L’urgent est de faire appel à « la danse de l’imagination », peu importe la  qualité des ouvrages réalisés.  Une aide à la détresse, une invitation à mieux vivre, voilà ce que Mia veut apporter à son triste entourage ; et elle y parvient , même si elle a perdu l’innocence et la pureté de sa fille Daisy qui n’a d'autre souci que la réconciliation de ceux qu’elle aime.

Brigitte Clavel

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by brigitte clavel-delsol - dans 2011
commenter cet article

commentaires