Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 juillet 2017 2 11 /07 /juillet /2017 10:25

Editions : Gallimard

Parution : Janvier 2017

377 pages

23,50 €

 

 

 

 

 « Le livre de la faim et de la soif »  par Camille de Toledo

 

 

Editions : Gallimard

Parution : Janvier 2017

377 pages

23,50 €

C’est avec quelques scrupules que Camille de Toledo aborde un sujet qui le taraude, celui de la succession des horreurs qui frappent les hommes  depuis la nuit des temps. Alors, avec toute l’ardeur de sa jeunesse, comme un défi à Dieu,  il laisse sa plume remonter les siècles et  donne la parole au livre. Car lui-même est « la Pieuvre » , le maillon solidaire par son silence et sa passivité de la mafia éternellement responsable des maux de la terre. Les pages se tournent avec une curiosité qui n’a rien de morbide, car Camille de Toledo se promène dans le temps comme sur toute la planète avec une  connaissance encyclopédique et une avidité de boulimique. Certes les cercueils défilent, le temps passe et revient toujours  avec sa fatalité. Mais le livre tente de porter un regard neuf avec des mots nouveaux. Il ne détourne pas ses yeux des  Enfants-Bûches qui flottent sur le Gange mais s’accroche à eux. Il invite à la table du « Banquet des Origines », savoure les grands mélanges du monde et des cultures. Son seul conseil : ne pas chercher à comprendre mais regarder, quitte à confondre minarets et éoliennes, les Alpes et la neige artificielle de Dubaï ! Comme l’enfant d’Ismaël qui préfère la contemplation des poissons à la promesse de l’Exode, le livre  cueille ce qui vient, la voix du chanteur comme les couleurs des rickshaws.  Il dénonce l’emprise des fables, veut rendre le Verbe à Dieu, réveiller le  Jardin de l’Ennui, s’échapper au « Pays de dehors », celui de l’enfance sans frontières,  fendre le Mur de la Douleur, celui qui sépare Israël et la Palestine, tenter tous les plaisirs sans jamais s’arrêter,  à tel point qu’il dérive avec quelques longueurs. Au lecteur de réagir, de faire son choix, de ne pas s’enfoncer dans un océan de déchets comme dans le désespoir, mais d’être le maître de son existence ! Un roman déroutant par son audace et sa lucidité, qui tout à la fois fait rire par sa forme et  peur par le  sérieux de son thème!

 

 

 

 

B.C.D.

Repost 0
Published by brigitte clavel-delsol - dans 2017
commenter cet article
7 juillet 2017 5 07 /07 /juillet /2017 20:47

 

Editions : Grasset

Parution : Juin 2017

222 pages

18 €

Estimation : 4,75/5

 

 

Si la condition de la femme est le thème obsessionnel de la rentrée littéraire, Laetitia Colombani aborde ce sujet  avec une grande finesse. En un seul roman composé de trois nouvelles elle parvient à réunir trois femmes  qui se battent pour survivre aux  quatre coins de la planète.  Seule la persévérance semble apaiser les cœurs et les destinées. La solitude conjugale et l’arrivisme professionnel ne font que gâcher l’existence : Sarah la Canadienne tombe gravement malade à force de jongler entre sa profession  d’avocate et sa vie monoparentale. Giulia, la Sicilienne va s’efforcer d’éviter la faillite de l’entreprise familiale de perruques en prenant les plus grands risques.  Smita, l’Indienne qui appartient aux Intouchables, s’efforce de résister au joug des castes par amour pour sa fille sous le regard d’un mari broyé d’avoir trop courbé l’échine. La pensée de l’auteure, d’un style de grande sobriété et d’authenticité, laisse entrevoir peu à peu  la solidarité humaine qui se lace et s’entrelace en toute ignorance jusqu’à former  ce lien si important de la fraternité.  Trois vies qui composent  à elles seules « la tresse » et inspire à Laetitia Colombani  un bel hymne au courage féminin … 

B.C.D.

Repost 0
Published by brigitte clavel-delsol - dans 2017
commenter cet article
29 juin 2017 4 29 /06 /juin /2017 06:37

« Et je danse aussi »  par A-L Bondoux et J-C Mourlevat

 

Parution : Février 2016

Edition : Pocket

311 pages

 

La vie conjugale de l’écrivain Pierre-Marie Sotto est un désastre et son inspiration pour un nouveau roman lui fait défaut. Que contient ce paquet envoyé par une de ses lectrices ? P-M Sotto n’a pas l’habitude de correspondre avec ses admiratrices, mais Adeline Parmelan n’est pas comme les autres. Le courrier qu’elle lui adresse   est plein d’humour et de bon sens  et Sotto va sentir le besoin d’échanger avec elle  en toute franchise.  Leur style est spontané et  jovial, et les confidences  auto-dérisoires   finissent  par tisser un lien de complicité. Qui est cette Adeline qui le comprend, qui l’aguiche et le stimule tout à la fois ? Pourtant elle ne lui cache ni son physique ingrat, ni ses déboires amoureux, ni sa solitude, ni la  fermeture de son cabinet. Mais à  la différence du Prix Goncourt, elle chante, elle danse aussi. Elle était « consultante en tout et n’importe quoi » : « ce qui comptait, c’est que les gens sortaient de chez moi avec le sourire ». Si ce célèbre écrivain souffre de blessures qui ne se referment pas, seuls les mots pourront le sauver. « Pour soigner le mal, il faut le nommer, non ? ». Alors Adeline n’ira pas de main morte !  Seules des lettres mystérieuses vont  réaliser  ce que Sotto ne parvient plus à faire, « changer du plomb en or »… Livre original, avec des passages très drôles et d’autres très touchants.

B.C.D.

Repost 0
Published by brigitte clavel-delsol - dans 2016
commenter cet article
27 juin 2017 2 27 /06 /juin /2017 17:38

« Le parfum de l’innocence »  par Parisa REZA

 

Editions : Gallimard

Parution : Mars 2017

297 pages

20 €

estimation : 3/5

 

Deux mondes au cœur même de l’Iran dont le  fossé ne cesse de s’accroître, tel est la thématique chère à Pariza REZA qui peint à merveille le drame subi par ce pays où révolution et guerre civile finissent par se confondre. Le roman tourne autour d’Elham, fille de Bahram,  professeur d’université à Téhéran dans les années 70, intellectuel socialiste subjugué par l’Europe. En tombant amoureuse de Jamshid, fils du général de l’armée de l’air très proche du Shah, lui-même pilote de chasse appartenant à l’élite du pays, Elham va connaître les déchirements que ses propres parents ont déjà connus dans les années 1950.  Sa mère  marxiste extrémiste,  bien qu’originaire de la haute aristocratie, ne put supporter la tiédeur d’un professeur progressiste. En 1979 le dilemme est le même : Elham aime Jamshid mais veut la révolution. Restera-t-elle aux côtés de ce  militaire au service du Shah ou préservera-t-elle sa liberté? Peu importe le dénouement de cet amour passionné.   L’essentiel réside dans ce choix cornélien qui touche la jeunesse, et surtout dans le fanatisme croissant de ce pays cher à l’auteur et qu’elle décrit avec justesse. Livre très plaisant malgré un thème déjà vu et revu qui laisse derrière lui une ombre certaine de tristesse, car « c’est ton tour de vivre le désastre », comme si la guerre  était inévitable …

B.C.D.

Repost 0
Published by brigitte clavel-delsol - dans 2017
commenter cet article
22 juin 2017 4 22 /06 /juin /2017 14:47

« Au temps du fleuve Amour » par Andreï Makine

 

Editions du Seuil

Parution : Mai 2017

295 pages

19,50 €

« Au temps du fleuve Amour » n’est autre qu’un retour d’A. Makine dans la Sibérie de son enfance. Certes l’appel de l’Occident y résonne très fort.  Le  Transsibérien et  un simple film de Belmondo emportent par le rêve  trois adolescents  dans un monde qui n’est pas le leur. Seule la taïga reste imperturbable,  comme  cette génération abattue par la guerre et la dictature. La splendeur du style d’A. Makine  rivalise avec la brillance du paysage, qu’il soit de neige,  de soleil ou d’étoiles, et la torture d’un cœur, qu’il soit celui d’un guerrier, d’un amant ou d’un poète. Car tels sont les trois jeunes  protagonistes auxquels rien n’échappe : les barbelés des camps qui n’épargnent pas  les prisonniers,  la fonte des glaces qui mutile des corps, la vodka qui réchauffe autant que la prostituée. Mais  au-delà de ce fleuve Amour  la lourdeur des femmes et la rusticité des hommes ne font point tache d’ombre dans ce pays de blancheur. La vieille Olga, qui rappelle au lecteur la grand-mère de Makine, révèle la beauté des mots de la littérature française   bien plus suggestive que les exploits fictifs d’une star de cinéma. Le vieux passeur de bac n’a pas honte d’annoncer son mariage. Car les apparatchiks ne sont pas parvenus à broyer l’essentiel, le cœur profond de la Sibérie, « la consonance de tout – de lumières, d’odeurs, de couleurs » qui seules « percent le sens de la mosaïque de la beauté ». Livre splendide où l’auteur n’omet pas d’ironiser sur la technologie qui tue les mots en même temps que l’amour et la vie.

B.C.D

Repost 0
Published by brigitte clavel-delsol - dans 2017
commenter cet article
19 juin 2017 1 19 /06 /juin /2017 17:10

Editions : Equateurs

Parution : Avril 2017

223 pages

19 €

 

 

Le lecteur ne sera pas déçu car, s’il s’attendait à un énième roman d’aventure, cette écriture en est une.  L’humour  et le franc parler de Sylvain Tesson habitent chacune de ses réflexions  sur le monde actuel. Lui qui aime tant la nature et les livres  réagit avec vigueur  à  « l’esbroufe technologique » qui se veut sans limite. Lui qui lutte contre l’abattement moral causé par la barbarie des djihadistes appelle à dépasser le pathos et réformer le Coran. Avec brio et enthousiasme il fait l’usage  de mots peu communs, voire fabriqués par lui-même, qui marquent les imaginations et font réagir les consciences. Il dénonce la « néoténie généralisée » qui frappe tous les milieux, cette caractéristique d’enfant gâté qui veut que le monde se plie à ses caprices. Il  révèle   la « thanatose » des politiciens une fois élus après la « tarentelle » de la campagne électorale. Il déplore ce « compassionomètre » qui  les fait se pencher sur les victimes du moment. Alors, pour garder le moral, il entrecoupe ses chapitres réalistes de récits de voyages, même s’il prône la vie sédentaire, et d’aphorismes comiques, car l’absurdisme de l’existence rôde toujours. Mais « la verticale du soi »  pour cet alpiniste émérite est le  rappel inévitable à « la verticale du style ». Ainsi l’écriture est « la bouée de sauvetage » qui transforme la vibration  de l’âme en « une très  légère oscillation ». Livre fort ressemblant à ce jeune aventurier qui fait du XXIème siècle le miroir de la fête de l’Ane…

B.C.D.

 .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by brigitte clavel-delsol - dans 2017
commenter cet article
12 juin 2017 1 12 /06 /juin /2017 14:16

Editions : Gallimard

Parution : Février 2017

158 pages

15 €

 

En 2014 Pierre Jourde perdait son jeune  fils Gabriel d’un cancer rarissime. Trois ans après, la douleur est toujours la même et l’auteur lui dédie ce livre dont le titre est celui d’une musique composée par Gabriel lui-même. Car Gabriel avait plein de talents. Outre ses exploits sportifs,  il était un compositeur émérite   plus connu dans le monde musical  de la jeunesse  sous le nom de Black Soul puis de  Kid Atlaas. Mais le père ne se remet pas des heures d’attente dans l’espoir de traitements meilleurs, ni de l’impuissance des plus grands pontes de la Salpétrière,  ni du vide laissé par ce garçon prometteur d’un grand avenir. Même si la tonalité  est sans espoir le lecteur poursuit sa lecture,  car le style a  la spontanéité de l’auteur rendu très humain par ses sautes d’humeur, ses litanies d’idées noires et son courage pour sauver la face devant le malade. Malheureusement l’écriture ne semble pas avoir l’effet thérapeutique qui lui est généralement attribué. L’auteur voit ses souvenirs se transformer en regrets. Il déplore  le potentiel  de ce jeune artiste  enfermé  à tout jamais dans « le néant ». Mais la confiance en la Providence qui fait défaut à l’écrivain réalise un miracle: le succès de  la musique « Winter is coming »  sur YouTube  encourage celui-ci à révéler son amour paternel.  Les deux Jourde chacun à leur façon restent ainsi bien vivants. A noter que  celui qui s'en va le premier est le plus paisible et le plus proche de l'éternité...

B. C. D.

Repost 0
Published by brigitte clavel-delsol
commenter cet article
9 juin 2017 5 09 /06 /juin /2017 14:20

Editions : Actes Sud

Parution : Mai 2017

120 pages

13,80 €

 

« Qui vous apprend ce que c’est que vivre ? » Telle est la question que pose ce petit roman plein de poésie. L’enfant souffre d'un vide dû au départ  de sa mère. Il n’est pas le seul à en pâtir, mais le seul à se réfugier dans le mutisme et  dans  une nature sauvage, « pour comprendre la poussière », la guerre, la mort. Car « les mains ouvertes d’une mère sont un livre d’images ».  Mais sans elle, qui apprend les couleurs du  monde et de la vie ? Le père a honte car n’a pas osé suivre la femme de son désir. La soumission de la grand-mère  s’est transformée en colère contre Dieu et haine contre son homme.  Alors à force d’avancer sans lumière  ni espérance, après avoir touché le fond  de l’abîme, l’enfant atteint « la maison de l’à-pic » aussi  vertigineuse que riche en horizon infini. Oeuvre originale où une voix mystérieuse accompagne l’enfant et  prône la beauté des mots à travers les langues inconnues. Sans doute s’agit-il de cette mère étrangère, dont les paroles ne sont autres que le langage du sang qui coule dans les veines de l’enfant. Bel hymne à la liberté et à la nature où l’esprit d’écoute et d’observation de J. Benameur ne parvient pas à nier la nécessité de l’épreuve pour  vivre en osmose avec l'univers et élucider le clair-obscur de l’existence. 

B.C.D

Repost 0
Published by brigitte clavel-delsol - dans 2017
commenter cet article
2 juin 2017 5 02 /06 /juin /2017 15:40

Editions : Albin Michel

Parution : Août 2013

462 pages

22,50 €

 

« Dans le silence du vent » par Louise Erdrich

 

 

Editions : Albin Michel

Parution : Août 2013

462 pages

22,50 €

 

Ce livre est recommandé à tous les amoureux de l’Amérique profonde, de ses paysages intenses  où s’enfoncent les meilleurs justiciers  comme les pires assassins, de ses tribus indiennes où  « il ne faut presque rien pour être heureux». Son titre  évoque parfaitement la belle histoire de Joe devenu adulte dans le plus grand des silences. Car sa mère, avocate et épouse d’un juge de la Réserve, a été gravement violentée et sa cliente assassinée, et c’est Joe lui-même qui s’aventure dangereusement sur les traces du criminel. La plume profondément américaine de Louise Erdrich abonde en détails précieux et touchants. Ses descriptions vont jusqu’à décrypter les rêves inavoués de vieux Indiens d’où émerge l’âme de ces territoires si fidèles aux traditions ancestrales, la force morale d’une enfant handicapée,  les liens indéfectibles   de  l’amitié comme ceux de l’amour mutuel d’un père et d’un fils. Derrière  des passages parfois très drôles parfois très émouvants s’instaure le débat  de l’intervention de la justice fédérale sur les réserves indiennes. Ainsi le livre se poursuit comme il a débuté: un enfant qui a pour passe-temps l’arrachage de plants dans les fentes de sa maison vétuste devient un adulte féru de justice, et ce  dans une atmosphère joyeuse et  aimante pour nettoyer la société de son iniquité.

B. C. D.

Repost 0
Published by brigitte clavel-delsol - dans 2013
commenter cet article
30 mai 2017 2 30 /05 /mai /2017 06:53

Editions des Paraiges

Parution : Février 2016

115 pages

13 €

Il y a des vies qui se consument avec un sentiment tragique inavouable, « c’est le cri sourd d’un Français ordinaire », celui qui craint l’invasion et encore plus la guerre civile.  Tel est le cas du vieux capitaine Paul Louyot qui en s’éteignant fait confiance pour sa succession  à Michel Louyot, par ces simples mots : «Mon neveu se débrouillera ». Un véritable jeu de piste à travers l’histoire de la famille  commence pour l’auteur. Car  l’oncle Paul avait bien des raisons de vouer  un culte à ses ancêtres lorrains, paysans fidèles au roi, à la France, à leurs terres. Rejaillissent alors sous l’habit du vieux jardinier maintes réflexions angoissées d’un soldat qui a vu les ennemis changer de camp, qui s’est fait traité de boche sur une petite route provençale  en direction du village de Tourtour alors qu’il s’était battu contre le nazisme autant que contre le communisme. Un problème générationnel se lève : reste-t-il encore un sentiment commun  entre des ancêtres qui se sont   sentis étrangers  dans leur  propre pays et une jeunesse cosmopolite qui rêve de l’abolition des frontières ? C’est en s’enfonçant dans l’histoire de France, en allant voir vers l’Océan  la résistance des Chouans que  Paul et Michel Louyot  comprennent que  ce sont  les crimes de la Révolution  jamais expiés qui divisent  encore la France. Livre original par sa fantastique réalité historique, très prude mais touchant, qui n’a rien de passéiste, mais simplement le souci de rappeler des actes héroïques trop souvent reniés ou simplement ignorés, au détriment d’un patriotisme qui se meurt outrageusement.

Brigitte Clavel Delsol

http://panoramadelectures.over-blog.com

Repost 0
Published by brigitte clavel-delsol
commenter cet article