Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mars 2017 4 02 /03 /mars /2017 14:12

« Chanson douce »  par Leïla  SLIMANI

 

Editions : Gallimard

Parution : Novembre 2016

227 pages

18 €

Sans aucun doute le dernier  prix Goncourt a-t-il été attribué à L. Slimani  pour son indéniable suspense malgré le dénouement tragique annoncé dès la première page.  Le style laconique  et le rythme  rapide reflètent  la vie trépidante de Myriam, avocate brillante mais débordée,  et de Louise, nounou expérimentée mais sans  âge avec son corps menu et ses jeux enfantins.  Toutes deux sont  hyperactives  et ne comptent pas leur temps de travail. Bien que très maternelle, Myriam en se rendant à son cabinet d’avocat  retrouve une certaine liberté.  Louise, en s’occupant des enfants des autres, s’invente un nouveau  foyer. Rien de très original jusqu’ici, si ce n’est l’accroissement imperceptible mais régulier des obsessions de Louise et de ses attitudes étranges qui alternent douceur et colère, soumission et  mensonge, jusqu’à ce que l’alcool prenne la relève. En même temps c’est la méfiance de Myriam qui augmente, puis viennent  les  scrupules. L’écart croissant entre l’enrichissement de Myriam  et la pauvreté de Louise est-il seul responsable de l’acte fatidique ? Car Louise n’avait-elle pas déjà battu sa propre fille jusqu’à  provoquer la disparition de celle-ci ?  N’avait-elle pas séjourné dans un hôpital psychiatrique  avant de trouver son emploi ? L’égalité des chances et la société idéale  apparaissent  bien comme des fantasmes utopiques … Ce qui est certain c’est que l’enfant  est toujours  victime et la chanson pas toujours douce!

Partager cet article

Repost 0
Published by brigitte clavel-delsol
commenter cet article

commentaires