Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 juin 2018 3 13 /06 /juin /2018 20:53
«  Ana et les ombres » par François Emmanuel

 

 

 

Editions : Actes Sud

Parution : Mars 2018

180 pages

18,50 €

 

 

 

Dans ce roman   qui se situe dans les Andes péruviennes, François EMMANUEL se révèle autant peintre-géographe que fin psychologue. Ana  est une archéologue sensée ramener au musée de Lima  deux momies récemment découvertes. Mais le trajet  est  long sur les pistes caillouteuses,   la chaleur accablante dans le véhicule de   Ceferino, son « ange noir », Indien à la voix douce ou inconsciente, pour qui rien n’est jamais grave, même le dérapage de sa 4X4  dans un  ravin   qui fait sombrer Ana dans une totale  inconscience. Alors   la jeune archéologue  remplace  la vielle civilisation chachapoyas qui faisait l’objet de ses recherches par ce Pérou qui la  perd, la soigne, l’aime et la protège. Rien  ne peut lui faire oublier le beau Jairo, ni  Marenta la donneuse de leçons , ni  Joan l’amie expérimentée qui la met entre les mains du « curandero », celui qui soigne et qu’elle finit par  confondre  avec son grand-père.  Si cette vieille civilisation d’outre-mer aide Ana à retrouver ses  propres  repères,  c’est le narrateur par son écoute qui la sauve : en  écrivant noir sur blanc ses confidences et  les démêlés de sa vie,  il prouve  son souci de résilience  dans ses allers retours entre les Andes et la maison de Villedieu et fait des paysages traversés le miroir d’une âme fragile qui peut se briser comme « la terre qui peut s’ouvrir à tout moment ». Ce livre est recommandé à tous ceux qui aiment les voyages autant que le  rêve et la réalité …  B.C.D.

Partager cet article
Repost0
31 mai 2018 4 31 /05 /mai /2018 09:30
« Monsieur le curé fait sa crise » par Jean Mercier

 

 

Editions : Quasar

Parution : Août 2017

174 pages

12 €

 

Ce livre hilarant  est en fait très profond : il révèle l’urgence de comprendre le sens  trop méconnu de l’Eglise et de la vocation sacerdotale. Un  pauvre curé se sent bien seul  au milieu des chicaneries des dames patronnesses,  des mésententes entre progressistes et intégristes, de l’incompréhension de son supérieur et du nombre de tâches à remplir. Alors à l’insu de tous,  celui-ci s’enferme, ou mieux il s’emmure comme les mystiques reclus du  Moyen-Age auprès desquels les malheureux venaient confier leurs peines. Ses paroissiens feront-ils de même ? En tout cas cette réclusion rapporte beaucoup à la ville qui fait de son  curé  l’objet d’une attraction touristique autant que journalistique. Et si à son tour  le doute  venait à envahir le cœur de cette nouvelle  star du sacerdoce? Livre plein d’humour et de vérité qui remet à l’heure les pendules des chrétiens  souvent plus inquiets de leur performance que de leurs faiblesses, plus soucieux  des apparences de la foi  que de son essence… Livre à divulguer auprès de ceux qui souffrent de cette maladie  de la rentabilité au détriment d’une confiance en la Providence. B.C.D.

Partager cet article
Repost0
30 mai 2018 3 30 /05 /mai /2018 09:37
« 360° sous le soleil d’Allah » par Elie Saad

 

 

Editions : BoD=Books on Demand

Parution : Octobre 2017

232 pages

16,50 €

 

 

 

Comment un jeune chrétien peut devenir un grand prédicateur salafiste avant de servir le  djihadisme,  tel est le sujet abordé par Elie Saad sous forme de roman. Rien de bien nouveau sur cette jeunesse déracinée qui ne trouve pas sa place dans le monde occidental et voit  en la religion chrétienne un bouc émissaire parfait. Ce que cherche à montrer l’auteur c’est le danger  de toute religion quand le dogme  prime sur la compassion. Voilà ce à quoi aura à faire face le jeune Cédric Destrongville une fois devenu orphelin et incarcéré  par erreur judiciaire. C’est en effet en prison qu’il découvre la religion musulmane dont la simplicité doctrinale le séduit davantage que le mystère de la sainte Trinité. Cédric saura-t-il discerner le vrai du faux, écouter sa propre conscience plutôt qu’une idéologie imposée par des caïds qui lui font miroiter une grande mission à accomplir ? Saura-t-il percevoir la différence entre un silence christique et une propagande politique ? Et si l’erreur est inévitable pour ce jeune sans références, le dénouement fait penser au roman  « Crime et châtiment » de Dostoïevski, où la paix intérieure ne peut venir qu’avec l’aveu des fautes personnelles et l’aide  de personnes aimées autant qu’aimantes… Ainsi Elie Saad combat à sa façon pour la possibilité d’une entente inter-religieuse.  Sera-t-il entendu ?

B.CLavel Delsol

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
28 mai 2018 1 28 /05 /mai /2018 07:42
« Giorgio del Giglio » par Florence Buttay

«Histoires véridiques de l'imposteur  Giorgio del Giglio qui renia la foi chrétienne et prétendit servir Soliman le Magnifique » par Florence Buttay

 

 

Editions : Payot

Parution : Mars 2018

217 pages

21 €

 

Si l’on en croit le  « Grand Voyage » de Giorgio del Giglio, celui-ci a tout du héros.   Mais Florence Buttay, plus   historienne que romancière, tient à restaurer la vérité sur un tel imposteur. En étudiant de près  les manuscrits de ce voyageur de la Renaissance qui se targue de maintes expéditions, de multiples captivités et diverses obédiences, elle s’efforce de démêler le vrai du faux. Tour à tour vendeur d’esclaves  ou esclave lui-même, vassal ou  espion, crapuleux  ou religieux,  ce marginal  arbore  sans scrupule plusieurs patronymes, des origines familiales  mythiques,  des aventures extraordinaires imaginées, et se revendique autant chrétien que musulman. Mais pourquoi tant de fabulation, tant de descriptions erronées  à partir de témoignages géographiques de l’époque plus  que de ses propres aventures ?  Giorgio a les talents de ses travers, nous dit Florence Buttay. La source de son inspiration se trouve dans la quête permanente d’une identité personnelle. Car, pour cet homme originaire de la petite île italienne Giglio, quelle différence à servir Côme de Médicis ou  Soliman le Magnifique, si ce n’est de se faire valoir ? Et surtout quel intérêt d’envenimer des guerres entre  l’empire ottoman et l’empire chrétien ? Car toute religion  n’a-t-elle pas pour but le bonheur de l’homme ? Telles étaient déjà cinq siècles en arrière les réflexions d’un homme ordinaire qui n’aspirait qu’à l’harmonie du monde. Livre très intéressant de Florence Buttay, aussi original par son aspect historique que par sa véracité.

B.C.D.

Partager cet article
Repost0
24 mai 2018 4 24 /05 /mai /2018 15:20
« L’ombre de nos nuits » par Gaëlle JOSSE

 

1ère Edition : Noir sur blanc 

Parution : 2016

Edition "J'ai lu"= 190 pages =6 €

 

 

 

Si l’ombre de nos nuits est plus noire que la nuit, si les flèches du mal atteignent le cœur de l’homme,  Georges de La Tour  parvient au travers de ses peintures  à soulager la  blessure, non pas en la dérobant, mais au contraire  en projetant sur elle  la lumière, en la rendant publique jusqu’à la faire connaître  au roi lui-même. C’est ce que réalise la narratrice de ce roman. Alors qu’elle se trouve dans un musée  devant le tableau de St Sébastien, la vie  de de La Tour revient à son esprit. Tandis que la guerre et la peste faisaient ravage,  les tourments personnels n’étaient pas moindres dans l’atelier de peinture. Alors le roman se poursuit à plusieurs voix, celle du maître peintre et de son apprenti. Viennent s’y joindre aussi des  silences, lourds en tristesse ou déception. Mais c’est surtout la voix de la narratrice qui explose, celle de la femme déçue d’un homme auquel elle a tout donné. Alors elle se tourne une dernière fois vers ce St Sébastien qui  donna bien plus encore…Et Gaëlle Josse de citer René Char : « Donne toujours plus que tu ne peux reprendre. Et oublie. Telle est la voie sacrée.»

B.C.D.

Partager cet article
Repost0
16 mai 2018 3 16 /05 /mai /2018 08:40
« Bitna, sous le ciel de Séoul » par J.M.G. Le Clézio

 

Editions : Stock

Parution : Avril 2018

217 pages

18,50 €

 

L’exotisme est le  pilier des romans   de J.M.G Le Clézio.   C’est sous le ciel  de Séoul que le lecteur marche dans les pas de Bitna, et  si le rêve  ne suffit pas à fuir les vicissitudes de l’existence, l'imagination  peut  les transcender. C’est ainsi que la jeune  Bitna et  la vieille Salomé  vont s’entraider, l’une   par son courage à se battre contre la solitude  morale et l’autre par sa persévérance à lutter contre la souffrance physique.  En échange de quelque rémunération Bitna raconte à Salomé des histoires qui possèdent toute la vigueur nécessaire  à la survie.  « Je n’invente rien » dira Bitna à juste  titre, car  tous les personnages sont vraisemblables, les drames de la guerre ne sont pas loin et c’est de  la difficulté que naît  la force de survivre. Ses petits contes  se nourrissent inconsciemment d’expériences  vécues, de la solitude ressentie « dans cette grande ville où seuls comptent le temps présent  et le monde des vivants ». Les symboles abondent, les pigeons de M.Cho révèlent la beauté du monde et le souvenir du pays d’origine, une chatte messagère dénommée Mlle Kitty  tisse des liens entre habitants de même quartier, un amant sans beaucoup de sentiments  et un pasteur dévoyé contrastent avec la grandeur d’âme d’un vieux retraité,  une diva qui se suicide…J.M.G. Le Clézio jette aux yeux de ses lecteurs la cruauté des hommes  que Bitna n’esquive pas  devant Salomé   mais parvient à  maîtriser, voire sublimer… Un bel ouvrage qui se déroule comme « un rêve éveillé » grâce à la beauté  d’un style plein de sincérité et de vérité.

B.C.D.    

Partager cet article
Repost0
3 mai 2018 4 03 /05 /mai /2018 16:00
« Certains souvenirs » par Judith Herman

« Certains souvenirs » par Judith Herman

Editions : Albin Michel

Parution : Janvier 2018

177 pages

19 €

 

Ce livre n’est pas destiné aux fans d’exploits, mais aux contemplateurs de tableaux  et aux âmes sensibles que l’ineffable suffit à  combler. Car Judith Herman fait défiler devant le lecteur dix-sept nouvelles. Chacune d’entre elle se situe dans un cadre bien spécifique. Une rentrée de charbon, un feu de bois  devant une roulotte,  une répétition de pièce de théâtre,  une file  dans un  magasin, une chambre insalubre à Odessa…Le lecteur discerne toujours un départ inévitable,  un détournement du regard  désiré,   une maturité d’adulte dans les yeux d’un enfant ou un rire enfantin chez un homme épuisé, une réflexion  incongrue… Un rien suffit au bonheur, simplement le fait de savoir qu’un visage croisé peut apporter l’apaisement d’un jour, qu’une histoire rocambolesque peut être pleine de vérité, que des boules noires de charbon sont aussi  sacrées que des hosties quand le cœur et le corps souffrent du froid.   Et si la vie se consume comme s’envole  le  pollen  de  peuplier ou l’avion en papier, le décor, le plus banal soit-il, est embelli par cette sensation d’éphémère qui le sacralise. Alors rien de triste dans ces nouvelles que Judith Herman narre avec un réalisme déconcertant.  Juste un bonheur procuré par  le récit modeste d’histoires toutes simples en  laissant derrière elles  « des questions qui trouvent d’elles-mêmes leur réponse tôt ou tard ».

B.C.D.

 

Partager cet article
Repost0
30 avril 2018 1 30 /04 /avril /2018 13:09
« La disparition de Stephanie Mailer » par Joël Dicker

 

Editions de Fallois

Parution : Février 2018

635 pages

23 €

 

Rien nest jamais définitif pour Joël Dicker   et même une instruction judiciaire réglée en bonne et due forme peut être remise en cause. Stéphanie Miller, chroniqueuse au journal local dOrphea, petite ville balnéaire dans lEtat de New York frappée vingt ans plus tôt par un quadruple meurtre, vient de disparaître après avoir fait à ce sujet de précieuses découvertes.  Les deux policiers de lépoque, animés de la même conscience professionnelle, nhésitent pas à relancer lenquête. La vivacité du style de Joël Dicker   multiplie suspicions et imprévus, alimentés par des crimes successifs qui font craindre un tueur  en série.   Récit et fiction sont indiscernables et si quelques longueurs se font ressentir dans le roman, lurgence du dénouement presse le lecteur autant que  les deux vieux  enquêteurs à la veille de leur retraite.   Joël Dicker  séduit  par ses énigmes, mais plus encore  par les vicissitudes  qui entravent la douceur de lexistence.  Jalousie,  rivalités professionnelles, égoïsme et carriérisme gâchent la vie jusquau cœur même des couples et des familles.  La corruption est partout, en province comme dans la métropole, chez les élus locaux comme chez les petits bourgeois qui deviennent par lâcheté les « larbins » de bandits pervers. Trafics de toutes sortes, sexe, drogue, armes volées, mènent au crime ou  engendrent  la démence.  Les habitants sont  limités au rôle passif de spectateurs, le malheur népargne personne. Sans doute est-ce la raison du succès de Joël Dicker qui révèle non pas une société dichotomique  mais un désarroi général non seulement devant une «  solitude abyssale »  et un « besoin dexister », mais une incapacité de « voir ce qui est juste devant les yeux », c'est à dire le bonheur: vision sans doute exagérément pessimiste!

B.C.D.

Partager cet article
Repost0
15 avril 2018 7 15 /04 /avril /2018 15:20
« Pour un peuple d’oiseaux »   par Sarah Oling

Les Editions Abordables

Parution : Janvier 2018                                              

124 pages

17,90 €

 

Ce livre est le récit d’une mémoire,  un conte à rebours hanté par  des souvenirs qui ne sont  rien d’autre que le souffle de ceux qui ont disparu. Pourquoi Yann Holdman, vieux maesto célèbre sorti miraculeusement d’un camp nazi, l’adresse-t-il aux oiseaux, à des passants inconnus, jusqu’à se faire passer pour fou ? Car il faut que le monde sache pourquoi il a fui sa sœur, refusé les honneurs d’une grande carrière de chef d’orchestre,  protégé Marthe la pianiste  qui a perdu la raison après que l’usage de ses mains et l’amour de son fils lui aient été ôtés. Et si Léah qui l’aime  court le monde sans jamais trouver la paix, ce n’est pas de sa faute  à lui, mais à ce temps cruel où tout était souffrance, cris et désespoir. Alors, au seuil de sa mort, Yann se plonge dans les lettres jaunies du passé, il les relit à haute voix, les disperse au vent comme des notes de musique. Car l’âme juive ne négocie pas avec le diable. Et s’il a le sentiment d’avoir fauté vis à vis d’êtres chers, c’était au nom de la musique.  Mais quelle est cette erreur qui le ronge jusqu’à la mort?  Le talent de Sarah Oling va permettre de rétablir la réputation de ce grand musicien en révélant des lettres confidentielles qui mettent fin aux malentendus  d’une famille victime des « jours de cendres ». La beauté de l’écriture fait ici écho à  la musique, celle d’un compositeur qui s’est tu mais qui « croit encore en l’infinie  bonté de l’homme."  Car, comme le dit l’auteur, « au-delà des mots il y a l’envol des intentions ; ainsi  le miracle peut advenir, celui d’une possible espérance en des temps nouveaux ».

B.C.D.

 

Partager cet article
Repost0
13 avril 2018 5 13 /04 /avril /2018 09:19
« Vers la beauté »  par David Foenkinos

 

Editions : Gallimard

Parution : Février 2018

222 pages

19 €

 

Les anti-héros de D. Foenkinos se ressemblent toujours un peu. Mais au-delà du suspense et de  l’humour  qui annoncent innocemment une tragédie, le lecteur est retenu par une fresque  intéressante de personnages. Pourquoi Antoine Duris, passionnant professeur à l’Ecole des Beaux-Arts de Lyon, décide-t-il subitement d’être un simple gardien d’expositions au Musée d’Orsay ? Dans un premier temps  son autodérision   fait espérer  un remède à sa mélancolie. Mais est-ce vraiment au spleen que celui-ci veut échapper ? De même la profonde dépression de Camille sera-t-elle élucidée par son entourage avant qu’il ne soit trop tard ?  La société elle-même ne serait-elle pas responsable du mal-être général de chacun des protagonistes? Car, désespérante par ses faux-semblants, elle finit par semer  le doute chez les uns,  causer de graves déséquilibres psychologiques  chez d’autres,  en un mot elle dissimule la fragilité de la nature humaine autant que la perversité, alors qu’elle devrait les révéler au grand jour. Dire tout haut ce que tout le monde pense tout bas,  opter pour survivre par l’art  plutôt  que mourir, tel semble le message urgent de ce roman aussi  bouleversant que réaliste.

B.C.D.

Partager cet article
Repost0